Foi et Lumière

' Monts et Vallées sans frontières '

 

 

Réflexion pour nous mettre en route vers Saint-Maurice

par Gabrielle Luchinger

Chant : « Messagers de la joie »

A trois semaines de notre pèlerinage, prenons- le comme un clin d’œil ou « clin Dieu » ! Le témoignage que vous allez lire va nous aider à nous mettre en route. N’oublions pas : un pèlerinage se termine au moment où nous rentrerons chez nous. Il y a peut-être des familles qui attendent que nous soyons aussi pour elles des « messagers de la joie »…

« C’est avec une grande joie et une grande émotion que j’ai découvert ce témoignage du Père Emmanuel Tredou, aumônier de Foi et Lumière au Nord Soudan. Ce qu’il a fait avec sa communauté est exemplaire et bien dans notre mission : aller rendre visite à une famille blessée par le handicap d’un enfant et qui s’est refermée sur ses souffrances, les inviter à rejoindre une communauté pour ne pas rester seuls et leur montrer comment leur enfant, source de honte et de souffrance, peut devenir un moyen de découvrir un monde de relations fondées sur une amitié vraie, c’est ce que nous ne faisons que trop rarement. Si ça pouvait vous donner l’envie de faire de même, j’en serai très heureux ! Combien y a-t-il de Teresa et de Ku Kwaj autour de nous ?

Un professeur de notre école paroissiale a un enfant handicapé qui s’appelle KU KWAJ. J’avais l’habitude de travailler avec lui, mais j’ignorais sa situation familiale, jusqu’au jour où un de ses collègues me dit : “Père, vous savez, un des enfants de ce professeur, eh bien, il est des “vôtres”, ceux avec qui vous travaillez, mais il le cache dans une chambre et ne veut pas que quiconque le voit.”

Alors, j’ai partagé cette confidence dans une de nos réunions hebdomadaires de la communauté “Les amis de Jésus اصدقاء يسوعet nous avons décidé de rendre visite à cette famille. Nous étions trois à y aller. En arrivant, nous avons frappé à la porte et c’est la maman qui est venue ouvrir ; elle a d’abord pris beaucoup de temps pour venir, et quand elle est arrivée, elle est restée en travers de la porte comme si elle voulait nous empêcher d’entrer dans la maison. Après les salutations d’usage, nous avons insisté pour qu’elle nous laisse entrer comme c’est la tradition pour nous les Africains. Mais comme elle restait là et que personne ne bougeait, j’ai répété que nous étions venus pour une visite à sa famille. Elle nous a finalement laissés entrer, mais on voyait bien que c’était à contrecœur. Nous avons salué tout le monde dans la maison et je suis allé saluer l’enfant handicapé (qui entre-temps était sorti de sa chambre) et lui ai serré la main. Il ne parlait pas, s’exprimant par des sons non articulés et il était très agité.
Nous avons expliqué à Teresa, la maman, la raison de notre visite. Nous avons partagé à propos de Foi et Lumière et lui avons proposé, si elle souhaitait, de nous rejoindre pour voir et participer à la rencontre mensuelle de la communauté à la paroisse avec tous ses enfants et si possible aussi avec son mari.
J’ai pris KU JWAK sur mes genoux, et comme il cherchait à s’échapper, je l’ai maintenu avec douceur sur mes genoux et il a fini par se calmer. Puis son père est entré et nous a salués. Comme il arrivait de l’extérieur, il avait apporté quelques biscuit et du jus d’orange pour ses enfants, mais à notre grande surprise, il n’avait rien apporté pour KU KWAJ. Instinctivement, nous nous sommes regardés tous les trois et nous sommes restés silencieux.
Après cela, nous avons échangé des nouvelles, et il s’est mis à parler longuement ; il nous a expliqué comment son fils était devenu handicapé, qu’il n’était pas né comme ça, et il a dit toutes leurs souffrances. Nous pouvions sentir toutes les difficultés que ce jeune couple africain avait à porter avec le handicap de leur fils ainé.
Puis le papa nous a dit combien il était surpris de voir son enfant rester sans bouger sur mes genoux. Il a dit que personne ne pouvait faire cela sans être blessé, griffé ou mordu. Lui, son père, se fait régulièrement mordre à chaque fois qu’il essaye de “l’attraper” ; et il a ajouté : “vous avez de la chance qu’il soit si amical avec vous”.

Quand Teresa est venue avec ses trois enfants pour la première fois à Foi et Lumière, ils ont été accueillis très chaleureusement, et de même à la suivante et petit à petit, elle a commencé à partager avec les autres mamans du groupe et à recevoir des visites. Teresa s’est bien ouverte et se sent beaucoup plus à l’aise avec son fils et avec les autres dans la communauté.
Les gens ont été étonnés de nous voir rendre visite à notre “Ami de Jésus KU JWAK”. Les voisins ne pouvaient pas comprendre pourquoi nous nous intéressions à cet enfant handicapé. Pour nous, Jésus a la réponse à leur question… et Il y répond bien.
Le papa aussi est transformé ; mais, même s’il n’est encore jamais venu avec nous aux différentes activités, il est toujours là quand il s’agit de préparer son fils avant qu’il vienne nous rejoindre. Petit à petit, Dieu se tient aux côtés de cette famille et Il fait son travail en eux, lentement mais surement.
Une de nos difficultés est que beaucoup de familles cachent leur enfant handicapé ; les rejoindre est un vrai défi pour nous.

Vous êtes attendus à Saint-Maurice !

 

Depuis le 2 février 2011, on fête dans les 1648 communautés de par le monde les 40 ans de Foi et Lumière. 40 ans plus tard, il n’y a plus de grand rassemblement international à Lourdes, mais les 50 « provinces » ont organisé pèlerinages et célébrations, afin de permettre au plus grand nombre de participer. Et il fallait bien deux années de festivités sur le thème des « messagers de la joie »! Saint-Maurice accueillera à l’Ascensions 2012 le pèlerinage de la province de Suisse.

 

  • Les 14 communautés de Suisse seront présentes.
  • La communauté du Jura français, Notre-Dame de Mont Roland a décidé de se joindre à notre pèlerinage.
  • 50 personnes de la province « Paris le levant » sont nos invités, puisque la dimension internationale est donnée par des accueils et échanges de provinces.
  • Comme saint Maurice était d’origine égyptienne, une délégation venant des 2 provinces d’Egypte seront nos invités spéciaux. Ils seront 3 laïcs et un prêtre.
  • Mirna, vice-coordinatrice internationale pour les pays du Moyen-Orient, venant de Syrie sera également parmi nous.
  • Lucia vice-coordinatrice internationale accompagnant la Suisse viendra d’Italie.

 

C’est un grand privilège pour nous d’accueillir ces invités venant de pays vivant des situations politiques très difficiles et où les familles de personnes en situation de handicap mental ne reçoivent que très peu de soutien dans des institutions ou écoles. En Syrie et en Egypte il a un très grand nombre de communautés.

Nous espérons ainsi vivre notre pèlerinage dans un esprit d’ouverture et de solidarité. Et nous serons certainement aussi enrichis par les rencontres, malgré la barrière des langues.

Peut-il y avoir un lien entre l’histoire de saint Maurice et notre appel à être des « messagers de la joie » ? C’est peut-être bien toute l’histoire de Foi et Lumière, depuis la souffrance de deux parents, à l’origine du premier pèlerinage en 1971. C’est aussi l’histoire du grain de blé qui meurt pour donner du fruit. L’exemple d’un saint qui a donné sa vie, qui a aimé jusqu’au bout, rejoint le témoignage de parents qui disent que l’épreuve et le bonheur ne sont pas deux choses incompatibles. L’expérience d’amis transformés par la rencontre avec des personnes fragiles, découvrant en même temps le cœur de Dieu, c’est aussi ça la vraie joie. Le bonheur, la joie, ça se choisit ! Du coup, nous sommes tous dans la même barque, à vouloir partager en communauté, en Eglises et dans la société ce trésor. Alors, il y aura encore plus de « messagers de la joie » ! Beau pèlerinage à chacun.

Gabrielle Luchinger

Messagers de la joie

R./ Messagers de la joie,

Jésus nous montre le chemin.

Messagers de la paix,

Il fait de nous ses témoins.

Messagers de l’amour,

Il nous guide chaque jour.

Messagers de la joie,

L’Esprit vous accompagnera.

1. Chacun de nous est différent,

chacun de nous est important,

C’est bon de pouvoir se parler,

de sourire, de communiquer,

Notre horizon s’est élargi

aux dimensions de nos pays,

Que la joie chante dans nos coeurs,

Soyons messagers du bonheur !

2. Jésus nous a tous appelés

à vivre dans son amitié.

Grâce à lui, je me sais aimé,

Parmi vous, je suis accepté.

C’est son amour qui me rassure,

c’est lui qui soigne mes blessures

et qui nous donne jour après jour

d’être messagers de l’amour !

3. Si ton passé pèse trop lourd,

Si t’as parfois manqué d’amour,

Tes peurs tu peux les dépasser !

Nos vies sont là pour témoigner.

Le mal n’a pas le dernier mot.

L’amour entraîne toujours plus haut.

Allons chanter sur tous les toits.

Soyons messagers de la joie !